FILMS

 

Little Miss Nobody Bernard Balteau

Le 24 novembre 1964, ce jour-là, Brigitte Peneff, 7 ans, et sa petite soeur ont échappé miraculeusement à la mort. Pas leur oncle, Marco, tué à côté d’elles. 50 ans après ces événements, Brigitte revient pour la première fois au Congo, dans sa ville natale. Elle retrouve, émue, les lieux de son enfance fracassée. Sa maison, la piscine municipale et... l’hôtel des Chutes où elle fut incarcérée plusieurs semaines en otage avec sa famille et 300 autres Belges. Elle retrouve aussi des Boyomais – comme on appelle les habitants de Kisangani, qui ont porté secours aux otages belges, à l’époque. Puis, avec son mari Marc, elle parcourt l’avenue Ketele, le lieu du massacre. Un petit bouquet à la main, pour rendre hommage aux victimes belges et congolaises.

Le 24 novembre 1964, à l’aéroport de Stanleyville, un journaliste avait pris Brigitte en photo, juste avant son évacuation. Encore en état de choc, elle fut incapable d’articuler son nom. Le reporter l’appela donc « Little miss Nobody » et la photo a fait le tour du monde. La petite robe que je portais là, dit-elle, je l’ai toujours... J’ai bien regardé la photo, on reconnaît bien les détails. Je l’ai emmenée avec moi. Symboliquement... Tout mon voyage est symbolique. Maintenant, je vais pouvoir laisser tranquille cette petite fille aux yeux d’effroi.

A l’occasion de ce retour aux sources, le cinéaste Bernard Balteau, qui accompagne Brigitte, retrouve quelques acteurs et témoins du drame. Parmi eux le chef des rebelles.

Diffusion sur la RTBF:

Le film sera diffusé sur la Une dans l'émission "Retour aux sources" le 21 novembre

Réalisateur : Bernard Balteau

Productrice : Christine Pireaux

Production: Les Films de la Paserelle

Coproduction: R.T.B.F Secteur Documentaires

 

Avec l'aide du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles et de la VRT

Bernard Balteau a reçu une formation de journalisme avant d'entrer à la RTBF-Télévision belge en 1984 où il travaille, entre autres, comme présentateur et producteur. Il collabore également au Courrier de Belgique du journal français Le Monde et participe à de nombreux colloques sur l’enseignement de l’Histoire. Il réalise son premier film, Les Arpenteurs d’horizon en 1996 sur l’expansionnisme industriel belge à la fin du XIXè siècle en Chine, en Egypte et en Russie. Suivent d'autres films documentaires, notamment Un simple maillon (avec Frédéric Dumont, Grand prix de l’Humanisme au 27è festival du film de l’UNESCO en 2003), L’Antarctique en héritage (avec Henri de Gerlache, en 2007), Les enfants sans ombre (sur l’histoire des Enfants juifs cachés en Belgique durant la Shoah, en 2009) et Ianchelevici, une vie à l’œuvre (sur la vie et l’œuvre du scuplteur belge d’origine roumaine, en 2010). Bernard Balteau est également l'auteur de plusieurs livres, dont William Ugeux, un témoin du siècle (éd. Racine, Bruxelles, 1997) et Ianchelevici, le dessin ininterrompu (éd. Bernard Gilson, Bruxelles, 2010).